Vieux-Montréal : accueil Vieux-Montréal : index Vieux-Montréal : contactez-nous
  Retour au secteur Retour au hall
FICHE D'UN BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 

©Denis Tremblay, 2006
 

©Denis Tremblay, 2006
 

photographie Denis Tremblay, 1998
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Édifice La Presse

Adresses civiques :
Construction :

1958-1959

Plans de localisation :
Caractères physiques :
  • Nombre d'étages : 4
    L'édifice s'ouvre d'abord avec une grande halle des presses.
  • Matériau dominant : métal
  • Type de toit principal : plat

Pour plus d'information sur les caractères physiques du bâtiment, veuillez consulter le relevé des caractères physiques.

Pierre :
  • Piliers, rue Saint-Antoine, et portail, boulevard Saint-Laurent : granit noir de Rivière-à-Pierre, région de Portneuf (Québec); poli; appellation commerciale Bleu Minuit; ce granit n'est plus en exploitation en 2007.
  • Murs des cages d'escaliers : calcaire gris de l'Indiana, États-Unis; confirmé; gris avec une très légère teinte chamois (en général le calcaire de l'Indiana utilisé dans le Vieux-Montréal est chamois).
  • Appuis des vitrines, rue Saint-Antoine, et autres parties du soubassement : granit gris de Saint-Sébastien-de-Frontenac, Cantons-de-l'Est (Québec); appellation commerciale, Gris de Saint-Sébastien.
Ce bâtiment fait partie
de l'ensemble suivant :
  • La Presse
    Histoire de l'ensemble
    L'ensemble comprend deux immeubles construits par le quotidien La Presse à différentes périodes, et deux autres que le journal a acquis à partir de 1965.

Cliquez sur le nom de l'ensemble pour obtenir la liste des bâtiments de cet ensemble.

haut de page
Histoire du bâtiment  
 

Cet édifice est construit par le journal La Presse en 1958-1959, afin d'agrandir ses bureaux et d'automatiser son imprimerie. Les travaux de préparation commencent dès 1955. L'architecte Jacques M. Morin conçoit le nouvel immeuble. Il faut démolir plusieurs bâtiments; on découvre aussi des vestiges des anciennes fortifications lors des travaux d’excavation, qui révèlent aussi des problèmes techniques qui retardent la construction proprement dite.

Le futur édifice reposera sur le lit de la rivière Saint-Martin, située sous la rue Saint-Antoine. Le roc sur lequel l’édifice peut s’ancrer se trouve 60 pieds plus bas. Les ingénieurs-conseils Surveyer, Nenninger et Chênevert doivent donc travailler à rendre étanches les fondations qui, de plus, devront supporter les vibrations des presses rotatives installées au niveau de la rue Saint-Antoine. Cet ancrage se fait à l’aide de 265 pieux accrochés au roc et, pour la première fois au Canada, une membrane étanche I.C .O.S.-Veber est utilisée pour protéger les fondations des effets destructeurs de la rivière souterraine. Quelques années plus tard, on utilisera cette même technologie pour le Palais de justice situé de l’autre côté de la rue Saint-Laurent.

En octobre 1958, alors que le nouvel édifice est presque terminé, une grève éclair des journalistes secoue l’entreprise pendant 13 jours. Madame Angélina Berthiaume-Du Tremblay est alors propriétaire du journal. Au moment où la grève prend fin, elle nomme Jean-Louis Gagnon chef de la rédaction. Celui-ci amorce alors un renouveau dans l’orientation journalistique du quotidien. La première action du nouveau rédacteur en chef sera de travailler à une nouvelle page éditoriale. Au même moment, il renouvelle l’image du journal en rafraîchissant la mise en page. De plus, la façon d’aborder l’information change : la une traite maintenant en priorité des nouvelles régionales et locales plutôt que les nouvelles internationales. Une typographie plus aérée, des articles signés, un caricaturiste régulier et l’introduction d’une tribune libre complètent ces changements.

L’équipe de journalistes de Jean-Louis Gagnon prend possession des locaux avec enthousiasme en octobre 1959. L’aménagement intérieur souligne l’importance que l’on accorde à la « nouvelle ». L’immense salle de rédaction de 75 pupitres, les chambres noires et les bureaux des chefs de service de la rédaction accueillent le personnel relié à l’information. Le 2e étage est réservé à la mise en page, caractères, linotypes et rangées de marbres. Les machines rotatives à haute vitesse fournissent un débit de 100 000 exemplaires à l’heure. Dans les entrepôts souterrains, on emmagasine les rouleaux de papier-journal.

À la structure de béton et aux deux cages d’escalier en granit et calcaire de l’Indiana du nouvel édifice vient s’accrocher un rideau de verre retenu par des moulures d’aluminium. Au niveau de la rue Saint-Antoine, les larges baies inclinées vers l’intérieur permettent d’éviter la réflexion du soleil à ceux qui s’arrêtent pour observer le travail de la rotative ultra-rapide. Elles alternent avec des montants en granit bleu minuit de Rivière-à-Pierre, sans compter que des blocs de granit gris de Saint-Sébastien servent de seuil pour ces mêmes vitrines. Au moment où ce nouvel édifice est construit, il présente la plus grande surface vitrée à Montréal. Une passerelle au-dessus de la ruelle des Fortifications relie l’ancien bâtiment au nouveau.

En 1959, la construction de cet édifice marque une évolution radicale dans la production du journal en plus de projeter une image moderne de l’entreprise. Mais tout aussi importante que les transformations physiques, la nouvelle approche journalistique annonce des changements de mentalité qui bientôt amorceront la révolution tranquille.

Voir aussi les informations sur le ou les ensembles dont ce bâtiment fait partie.

haut de page
Construction initiale  
 
Date de construction :

1958-1959

Concepteur de la construction :
  • Jacques M. Morin
    (architecte)
  • Surveyer, Nenniger & Chênevert
    (ingénieurs conseils)
Propriétaire constructeur :
haut de page
Fonction(s) d'origine  
 
Fonction(s) spécifique(s) :
  • imprimerie de journal
  • journal : rédaction
Fonction(s) générale(s) :
  • fabrication
  • culture
haut de page
Protections patrimoniales du bâtiment  
 
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par le statut suivant :
  • Situé dans le site patrimonial de Montréal (Vieux-Montréal) (déclaré).
    Anciennement un arrondissement historique (1995-04-26) (juridiction provinciale)
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans la catégorie suivante :
  • Situé dans un secteur de valeur patrimoniale exceptionnelle Vieux-Montréal (juridiction municipale)
haut de page
Numéros de référence  
 
Bâtiment :

0040-24-8997-00

Propriété :

0040-24-8997
Fiche 1 de 1 sur cette propriété

haut de page
Pour plus d'informations...  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Vieux-Montréal