Vieux-Montréal : accueil Vieux-Montréal : index Vieux-Montréal : contactez-nous
  Retour au secteur Retour au hall
FICHE D'UN BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
La façade arrière, côté jardin.
©Denis Tremblay, 2013
 
L’édifice vu de la cour d’entrée, rue Notre-Dame Est.
©Denis Tremblay, 2010
 
Le tout nouveau musée, vers 1900.
©Bibliothèque et Archives nationales du Québec. Album de rues E.Z. Massicotte. 3-156-b.
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Château Ramezay - Musée et site historique de Montréal

Autres appellations :
  • Château de Ramezay
  • École normale Jacques-Cartier
  • Government House
  • Hôtel de la Compagnie des Indes
  • Maison du gouverneur
Adresses civiques :
Construction et  
modifications majeures :

1755-1757/ vers 1820 / 1848-1849/ 1903 

Plans de localisation :
Caractères physiques :
  • Nombre d'étages : 1½
    l'étage de comble est compté comme une moitié d'étage
  • Matériau dominant : pierre
  • Type de toit principal : à deux versants

Pour plus d'information sur les caractères physiques du bâtiment, veuillez consulter le relevé des caractères physiques.

Pierre :
  • Moellons de calcaire, provenant de carrières, et pierres des champs surtout présentes au bas du mur.
  • Encadrements des ouvertures et chaînes d'angle : pierre grise de Montréal [calcaire], et, insérés lors de travaux de restauration du XXe siècle, autres éléments de calcaire provenant probablement de Saint-Marc-des Carrières (Québec).

En l'absence d'une mention de confirmation, l’identification « pierre grise de Montréal [calcaire] » est présumée d’après l’apparence et l’époque d’utilisation.

haut de page
Histoire du bâtiment  
 

L’histoire du Château Ramezay - Musée et site historique de Montréal commence par la construction en 1705 d’une grande résidence par le gouverneur de Montréal, Claude de Ramezay. Après son décès, l’édifice était occupé par ses héritiers avant d’être loué au Roi pour loger les intendants à Montréal. En 1745, la famille cédait la propriété à la Compagnie des Indes, une entreprise fondée en 1717 avec un monopole royal sur l'exportation des pelleteries de castor et sur l'importation de certains textiles utilisés comme marchandise de traite. Dès 1745, la compagnie entreprenait des réparations et construisait une longue bâtisse secondaire le long de la limite de la propriété, à droite de la résidence. En 1754, un grave incendie ravageait tout le secteur, touchant notamment l’ancienne résidence des Ramesay.

De 1755 à 1757, la Compagnie des Indes construit un nouvel « hôtel » au même endroit, mais nettement plus grand et voûté à l’étage de soubassement, soit l’immeuble actuel. La compagnie fait démolir ce qui a subsisté de la résidence des Ramezay en conservant une partie des fondations et en récupérant la pierre. Les travaux sont confiés au maçon Paul Tessier dit Lavigne et au charpentier Joseph Dufaux, à qui Joseph Fleury Deschambault, l’agent général de la compagnie, fournit les plans. Le nouvel édifice sert aux affaires de la compagnie, ainsi qu’à loger Deschambault et sa famille. Le nouvel hôtel de la Compagnie des Indes à Montréal est donc à la fois la résidence de son agent général et, par le fait même, son nouveau siège social en Nouvelle-France.

À la suite de la Conquête et du traité de Paris qui oblige la compagnie à liquider ses biens en Nouvelle-France, l'immeuble est vendu en 1764 au négociant William Grant. Ce dernier ne réside que brièvement à Montréal et, à compter de 1773, il loue la maison au gouvernement qui y loge le gouverneur lors de ses séjours à Montréal. Les Américains y établissent aussi leur quartier général pendant leur occupation de la ville en 1775-1776 – Benjamin Franklin, un des trois commissaires envoyés par le Congrès, y séjourne au printemps 1776. Sitôt après leur départ, le gouvernement procède à d’importants travaux de rénovation, avant d’acquérir la propriété en 1778. Jusqu’aux années 1830, l’édifice sert de résidence montréalaise au gouverneur. La propriété comprend aussi des jardins et des bureaux administratifs. Des travaux ont lieu régulièrement, en 1812-1813 notamment alors que des rénovations majeures sont faites pour accueillir le gouverneur George Prévost et sa suite. À cette époque, entre 1812 et 1830 (peut-être dès 1812-1813), le comble est modifié, les pentes étant réduites. Les murs-pignons découverts prennent alors le profil qu’on leur connaît.

A compter d’une date inconnue (avant 1839), la propriété n’a plus qu’une fonction administrative alors que le gouverneur réside ailleurs. Entre 1838 et 1841, une salle est dédiée au Conseil spécial qui exerce alors le pouvoir. L'établissement de Montréal comme capitale du Canada-Uni en 1843 entraîne des travaux qui culminent en 1848-1849 avec la construction d’une aile administrative de quatre étages à l’arrière. On semble construire au même moment l’adjonction d’un étage qui existe toujours à gauche du bâtiment. La fonction administrative gouvernementale prend fin peu après avec l’incendie du parlement en 1849 et le déplacement de la capitale.

Bien que la propriété reste gouvernementale, l’édifice n'est plus un centre de pouvoir. Il conserve toutefois une fonction institutionnelle et publique. Entre 1849 et 1856, les cours de justice siègent dans l'immeuble en attendant la fin des travaux de construction du nouveau palais de justice, rue Notre-Dame. À compter de 1857, le « département » de l'éducation et l'École normale Jacques-Cartier occupent les lieux; le premier quitte en 1867, tandis que l'école reste jusqu'en 1879. L'université Laval y établit deux facultés dans la décennie suivante (médecine en 1880 et droit en 1883) mais ne reste que jusqu’en 1889. Elle est suivie par la cour des magistrats entre 1889 et 1895. Entre-temps, en 1872, le gouvernement fédéral vend le site au gouvernement provincial. Ce dernier envisage le lotissement du terrain en 1893, mais finalement abandonne la propriété à la Ville en 1895 dans le but de conserver le vieil édifice dont on reconnaît implicitement la valeur historique.

À compter de 1895, la Société d'archéologie et de numismatique de Montréal occupe l’édifice, d’abord à titre de locataire de la Ville. Elle y aménage une bibliothèque et un musée, inauguré en avril 1896. En 1902-1903, elle procède à d’importants travaux, dont la démolition de l’aile arrière et des autres dépendances. Elle conserve toutefois la petite adjonction existante à gauche du bâtiment en y ajoutant en 1903 une tourelle en brique, crépie et blanchie comme le reste du bâtiment. Cet ajout semble souligner la nouvelle vocation muséale du « château » En 1929, la société acquiert la propriété et réussit à faire reconnaître la valeur historique de l'immeuble que l’on classe monument historique, le premier de la province.

L’édifice fait l'objet de travaux à plusieurs reprises au XXe siècle. Parmi les plus importants en regard de l’apparence actuelle du bâtiment, on trouve ceux de 1954, alors que l’on enlève tout le crépi pour mettre la pierre à nu. Des travaux majeurs de restauration ont lieu en 1972 et surtout en 1976-1977, à l’intérieur comme à l’extérieur. Enfin, en 1997, on recouvre la couverture de tôle « à la canadienne », comme à la fin du XIXe siècle. Un jardin divisé en carrés à la manière du XVIIIe siècle, aménagé à l’arrière du musée, est inauguré en l'an 2000.

haut de page
 
Élévation principale, rue Notre-Dame Est.
©Ville de Montréal, vers 1995.
Cliquez sur le dessin pour
une version agrandie.
 
Élévation arrière.
©Ville de Montréal, vers 1995.
Cliquez sur le dessin pour
une version agrandie.
 
Élévation latérale droite, cour d'honneur à gauche, jardin à droite.
©Ville de Montréal, vers 1995.
Cliquez sur le dessin pour
une version agrandie.
 
Architecture  
 

Situé face à l’hôtel de ville, rue Notre-Dame Est, l’édifice fait partie du secteur institutionnel qu’il a contribué à créer dès le XVIIIe siècle. Il est implanté en retrait de la rue, entre une cour d’entrée et un jardin. De forme rectangulaire et parallèle à la rue, l’immeuble présente, dans sa forme et ses matériaux, des caractéristiques typiques d’une grande maison urbaine façon Nouvelle-France. Les murs de moellon sont faits en partie de pierres des champs récupérées de la première maison et, principalement, de moellons de calcaire. L’édifice comprend un étage de soubassement entièrement voûté, un rez-de-chaussée et un étage de comble. Le toit à deux versants encadré par des pignons découverts rappelle la Nouvelle-France, mais les faibles pentes (35 degrés) adoptées vers 1820 reflètent une évolution ultérieure. L’adjonction du XIXe siècle à gauche de la façade principale, dotée d’une tourelle en 1903, forme un corps de bâtiment distinct.

La façade principale comprend une entrée décentrée qui sépare deux séries de fenêtres à la fois ordonnées et asymétriques – cinq fenêtres à gauche et trois à droite, ces dernières étant plus espacées entre elles. La composition, souvent modifiée à travers le temps (crépi enlevé, entrée modifiée), rappelle néanmoins l’esprit d’une maison montréalaise de l’époque de la Nouvelle-France, avec notamment ses ouvertures en série, ses chaînes d’angle, ses encadrements en pierre taillée, ses esses et ses fenêtres à vantaux et à petits carreaux, maintes fois remplacées. L’immeuble témoigne bel et bien des conditions de réalisation et des sources d’inspiration du milieu du XVIIIe siècle, combinant esprit pratique et esprit classique.

L’apparence générale correspond à celle d’une grande résidence. L’implantation typique d’un hôtel particulier, les dimensions de l’édifice et ses nombreuses cheminées annoncent par ailleurs un caractère distinctif pour cet édifice qui sert en effet à loger l’agent principal de la Compagnie des Indes tout en répondant aux besoins de cette grande société commerciale. L’entrée principale a peut-être retrouvé son emplacement d’origine tandis que les entrées situées à l’arrière donnent toujours accès à l’étage de soubassement destiné à l’origine aux services domestiques et, assurément, à l’entreposage. L’abondant fenêtrage, particulièrement à l’arrière où il y avait aussi à l’origine une longue galerie, témoigne des nombreuses pièces en enfilade typiques du XVIIIe siècle.


Éléments décoratifs extérieurs significatifs

Les éléments décoratifs porteurs de signification sont liés aux fonctions commémorative et muséale déjà plus que centenaires. Le sommet de chaque tourelle arbore une reproduction de la croix de l’ancienne église des Récollets. Une plaque commémorative intégrée à la façade rappelle les différents occupants des lieux depuis 1705. Deux plaques métalliques, en attente de remplacement après un vol, rappelaient l’histoire des lieux, le classement de l’immeuble par la Commission des monuments historiques du Québec et sa désignation par la Commission des lieux et monuments historiques du Canada. Les armoiries de la Ville de Montréal sculptées dans la pierre surmontent les piliers (quatre) en bordure du trottoir; ils proviennent de la clôture qui cernait le jardin public de la place d’Armes jusqu’au début du XXe siècle. Ces armoiries sculptées datent du XIXe siècle comme la clôture du musée.


Intérieur accessible au public

L’entrée principale ouvre sur la pièce d’accueil du musée. Des portes latérales donnent accès aux pièces voisines d’où on peut faire le tour de la dizaine de salles du rez-de-chaussée, organisées en deux enfilades. Deux escaliers, dont un dans la pièce à droite de l’entrée, conduisent à l’étage de comble (non ouvert au public) où sont les bureaux du musée. Un autre escalier mène à l’étage de soubassement, entièrement voûté en pierre, qui comprend six locaux répartis en deux enfilades.

L’étage de soubassement, cureté, restauré et blanchi, est probablement proche de son état d’origine. Un large foyer et un four à pain intégrés au mur de refend en pierre – qui sert également de base aux voûtes – rappellent la cuisine utilisée par les domestiques. Un autre long espace voûté destiné à l’entreposage est seulement muni de petits soupiraux d’aération. Au rez-de-chaussée, le décor architectural a changé au fil du temps, mais les pièces d'enfilade, les épaisses cloisons, le mur de refend ainsi que les foyers des six cheminées anciennes (dont on voit les bases de pierre à l’étage inférieur) suggèrent que l’organisation spatiale reste, dans l’ensemble, semblable à celle d’origine. Le mur de refend longitudinal est typique des grandes maisons urbaines à corps de logis double, mais les cloisons perpendiculaires, également en pierre, correspondent plutôt à des immeubles institutionnels d’exception. Les nombreux foyers en pierre taillée, mis à nu, pouvaient à l’origine être revêtus de manteaux décoratifs. Pour le reste, plâtres et boiseries proviennent des restaurations du XXe siècle. La structure du plafond du rez-de-chaussée, mise à nu en certains endroits, faite en pièces de bois recouvertes de pierres plates, provient quant à elle de l’édifice de 1755-1757.

Dans l’adjonction révélée à l’extérieur par les tourelles, la « salle de Nantes » est entièrement ornée – depuis les années 1970 – d’authentiques lambris ouvragés en acajou, datés de 1725 par le musée, qui proviennent d’un hôtel particulier de Nantes (France) ayant été habité par un administrateur éminent de la Compagnie des Indes. Vu la vocation du musée, de nombreux objets anciens des XVIIIe et XIXe siècles, ainsi que des portraits historiques sont exposés dans l’édifice.

haut de page
 
La cuisine voutée d'origine (vue vers 1900), transformée en salle d'exposition.
©Musée McCord d'histoire canadienne, Montréal, VIEW-3013.1. Collaboration dans le cadre d'une entente de partenariat. Wm. Notman & Son, v.1890. Gilles Lauzon, 2010
 
Le four à pain photographié vers 1900 et en 2010.
©Musée McCord d'histoire canadienne, Montréal, VIEW-3346.1. Collaboration dans le cadre d'une entente de partenariat. Wm. Notman & Son, v.1900. Gilles Lauzon, 2010
 
Entrepôt vouté muni de soupiraux d'aération, photographié vers 1900 et 2010.
©Musée McCord d'histoire canadienne, Montréal, VIEW-3014.1. Collaboration dans le cadre d'une entente de partenariat. Wm. Notman & Son, v.1890. Gilles Lauzon, 2010
 
 
Pièces en enfilade à l'étage principal.
Photographie Gilles Lauzon, 2010
 
Boiseries françaises du XVIIIe siècle dans la salle de Nantes.
Photographie Gilles Lauzon, 2010
 
L'édifice vu du jardin recréé à l'arrière dans l'esprit du XVIIIe siècle.
©Denis Tremblay, 2010
 
Construction initiale  
 
Date de construction :

1755-1757

Concepteur de la construction :
  • Joseph Fleury Deschambault
    (agent de la compagnie)
  • Paul Tessier dit Lavigne
    (maçon)
Propriétaire constructeur :
  • Compagnie des Indes
    (propriétaire du 1745-04-10 au 1764-08-16)
    Informations disponibles pour l'année 1725
    La compagnie des Indes est représentée par son agent principal, Joseph Fleury Deschambault, qui fournit les plans.
Commentaire sur la construction

Marché de maçonnerie entre la Compagnie des Indes représentée par Joseph Fleury Deschambault et Paul Tessier dit Lavigne, maçon, le 24 août 1756, notaire Claude-Louis Danré de Blanzy, no 6970; marché de charpenterie avec Joseph Dufaux, charpentier, même jour, même notaire, no 6969. Joseph Fleury Deschambault doit fournir les plans. Le marché de maçonnerie a créé de la confusion par le passé. On a cru qu’il datait du 24 août 1755. L’acte, plutôt daté du 24 août 1756, mentionne toutefois que le marché a été conclu dès le mois de septembre précédent. Les travaux doivent se prolonger jusqu’en 1757.

haut de page
Fonction(s) d'origine et type particulier  
 
Fonction(s) spécifique(s) :
  • résidence unifamiliale
  • administration d'entreprise
Fonction(s) générale(s) :
  • habitation
  • commerce
  • bureaux
haut de page
Autres travaux – Modifications  
 
Travaux 1 :
    Date des travaux : vers 1820
    (entre 1812 et 1830)
    Modification à la volumétrie verticale du bâtiment.

    Modification du comble, peut-être dès 1812-1813. Les pentes sont réduites à 35 degrés.
Travaux 2 :
    Date des travaux : 1848-1849
    Modification à la volumétrie horizontale du bâtiment.

    Construction à l’arrière d’une aile de quatre étages en brique (qui sera démolie plus tard) et construction, probablement en même temps ou peu après, d’une adjonction rectangulaire à gauche du bâtiment ancien, reliée à la nouvelle aile; ajout d’une nouvelle entrée en façade principale (disparue plus tard).
    Occupation le 1er mai 1849.
Concepteur :
  • Hector Munro
    (maçon)
Travaux 3 :
    Date des travaux : 1903
    Modification à la volumétrie horizontale du bâtiment.
    Démolition partielle du bâtiment.

    En 1902-1903, démolition de l'aile arrière et travaux divers à l’extérieur et à l'intérieur ; en 1903, demi tourelle ajoutée à l'adjonction latérale et forme de tourelle donnée à l’angle arrière de la même adjonction.
haut de page
Autres propriétaires ou locataires (sélectif)  
 
Propriétaires :
  • Roi de Grande-Bretagne
    (propriétaire de 1778 au 1872-05-25)
    La propriété de la Couronne est versée au gouvernement du Canada en 1867.
  • Gouvernement du Québec
    (propriétaire du 1872-05-25 au 1895-03-05)
  • Ville de Montréal
    (propriétaire du 1895-03-05 au 1929-01-28)
  • Sociéte d'Archéologie et de Numismatique
    (propriétaire à partir du 1929-01-28)
    Informations disponibles pour l'année 1895
Locataires :
  • Prevost Sir George
    Gouverneur de septembre 1811 à avril 1815, par conséquent occupant de la résidence montréalaise du gouverneur à l’époque des travaux de 1812-1813 qui donnent peut-être au comble son profil actuel.
  • Roi de Grande-Bretagne
    (locataire du 1773-12-24 à 1778)
    Loué au roi pour servir de résidence du gouverneur à Montréal. Lorsque le propriétaire, William Grant, décide de vendre sa propriété en 1778, le gouvernement l'achète.
  • Benjamin Franklin
    (locataire du 1776-04-29 au 1776-05-10)
    Un des trois commissaires du Congrès révolutionnaire américain, pendant l’occupation de Montréal en 1775-1776.
  • Ministère de la Justice
    (locataire de 1849 à 1856)
    L'immeuble sert de palais de justice temporaire pendant le parachèvement des travaux sur le nouveau palais de justice (l'actuel ancien palais de justice).
  • Département de l'Instruction publique
    (locataire de 1856 à 1867)
    Le département occupe la majeure partie du vieux bâtiment.
  • École normale Jacques-Cartier
    (locataire de 1857 à 1879)
    Inaugurée le 10 mars 1857, l'école occupe l'aile originellement construite en brique, avec un accès par le vieux bâtiment.
  • Université de Laval
    (locataire de 1880 à 1889)
    La Faculté de médecine de l'Université Laval occupe le vieux bâtiment à compter de 1880 et la Faculté de droit occupe l'aile arrière (disparue) à compter de 1883, avec un accès par le vieux bâtiment.
  • Ministère de la Justice
    (locataire de 1889 à 1895)
    La cour des magistrats occupe le « château ».
  • Sociéte d'Archéologie et de Numismatique
    (locataire du 1895-05-01 au 1929-01-28)
    Informations disponibles pour l'année 1895
haut de page
Protections patrimoniales du bâtiment  
 
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par les statuts suivants :
  • Immeuble patrimonial classé sous le nom de Château de Ramezay
    Anciennement un monument historique classé (1929-03-29) (juridiction provinciale)
  • Situé dans le site patrimonial de Montréal (Vieux-Montréal) (déclaré).
    Anciennement un arrondissement historique (1964-01-08) (juridiction provinciale)
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans la catégorie suivante :
  • Situé dans un secteur de valeur patrimoniale exceptionnelle Vieux-Montréal (juridiction municipale)
haut de page
Numéros de référence  
 
Bâtiment :

0040-67-0759-00

Propriété :

0040-67-0759
Fiche 1 de 1 sur cette propriété

haut de page
Pour plus d'informations...  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Vieux-Montréal