Vieux-Montréal : accueil Vieux-Montréal : index Vieux-Montréal : contactez-nous
  Retour au secteur Retour au hall
FICHE D'UN BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Façade principale, à la jonction des rues de la Commune et Saint-Pierre.
© Photographie de Normand Rajotte réalisée pour l'ouvrage L'histoire du Vieux-Montréal à travers son patrimoine, 2004
 
Les deux façades, rue Marguerite-D’Youville à droite.
Photographie Gilles Lauzon, 2011.
 
Élévation latérale gauche en moellons.
Photographie Gilles Lauzon, 2011.
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Édifice Allan

Autre appellation :
  • Édifice Edmonstone, Allan & Co.
Adresses civiques :
Construction et  
modifications majeures :

1858-1859/ 1904 / 1983 

Plans de localisation :
Caractères physiques :
  • Nombre d'étages : 2
    Une tour-lanterne octogonale en bois couronne la toiture.
  • Matériau dominant : pierre
  • Type de toit principal : en pavillon

Pour plus d'information sur les caractères physiques du bâtiment, veuillez consulter le relevé des caractères physiques.

Pierre :

En l'absence d'une mention de confirmation, l’identification « pierre grise de Montréal [calcaire] » est présumée d’après l’apparence et l’époque d’utilisation.

Ce bâtiment fait partie
de l'ensemble suivant :
  • Immeubles Allan
    Histoire de l'ensemble
    Deux bâtiments composent cet ensemble : un immeuble de bureaux construit en 1858-1859, rue de la Commune, face au port, et un magasin-entrepôt construit en 1867, rue Marguerite-D’Youville.

Cliquez sur le nom de l'ensemble pour obtenir la liste des bâtiments de cet ensemble.

haut de page
Histoire du bâtiment  
 

Cet édifice conçu par l’architecte John William Hopkins est érigé en 1858-1859 par William Edmonstone, Hugh Allan et Andrew Alan sur un terrain acquis deux plus tôt. L’entreprise de commerce et de transport maritime Edmonstone, Allan & Co. s’y installe, ainsi que la Montreal Ocean Steamships Co., une compagnie de transport océanique fondée en 1854 par les Allan. La construction de l’édifice paraît d’ailleurs largement due à la croissance et aux besoins spécifiques de cette entreprise devenue officiellement la Allan Steamships Line en 1897. En 1904, suivant des plans des architectes Edward et William S. Maxwell, on agrandit l’immeuble à l’arrière en le dotant notamment d’une nouvelle devanture intégrée à la façade latérale.

La compagnie du Canadien Pacifique acquiert l’immeuble en 1917. L’édifice répond désormais aux besoins de la Canadian Pacific Ocean Services (qui deviendra la Canadian Pacific Steamships en 1921 – CP Ships) avec des bureaux et des comptoirs de services à la clientèle, et ce, jusqu’en 1941. Par la suite, le ministère canadien de la Guerre utilise l’immeuble puis le service des douanes du CP en occupe une partie de 1848 à 1967. Le Canadien Pacifique loue le reste des bureaux à divers organismes et entreprises, dont le maître du port de 1954 à 1969. Des agences de spectacle et d’artistes, locataires d’un type nouveau, s’y installent dans les années 1970. En 1978, le CP vend l’édifice à une société fédérale qui le transfère ensuite à l’État canadien. Après une restauration extérieure et une rénovation intérieure réalisées en 1983, la Société du Vieux-Port s’y installe en 1984. Cette dernière devient elle-même propriétaire en 2009.

Voir aussi les informations sur le ou les ensembles dont ce bâtiment fait partie.

haut de page
 
Façade de l’adjonction de 1904.
Photographie Gilles Lauzon, 2011.
 
Détail de la devanture latérale.
Photographie Gilles Lauzon, 2011.
 
Chapiteau ionique de l’adjontion de 1904.
Photographie Gilles Lauzon, 2011.
 
Architecture  
 

L’édifice Allan occupe un emplacement de choix face au port. Le bâtiment de deux étages (incluant le rez-de-chaussée), de forme plus ou moins rectangulaire, comporte trois pans en façade principale, celui du centre comprenant un portail face au port. Le bâtiment est recouvert d’un toit à plusieurs versants en pente douce, ainsi que d’un toit plat sur sa partie arrière. La pierre grise de Montréal (calcaire) des murs extérieurs est taillée en façade.

La façade de l’immeuble comporte un avant-corps central et deux pans obliques symétriques, ainsi que deux niveaux d’élévation séparés par un cordon et différenciés par le traitement des fenêtres. Cette composition d’esprit classique et son vocabulaire architectural sont principalement inspirés de la Renaissance italienne, avec des éléments tels les fenêtres cintrées à claveaux, leurs piédroits harpés au rez-de-chaussée et la corniche débordante au sommet. Les pilastres jumelés du portique et les fenêtres segmentaires de l’étage supérieur évoquent plus discrètement la manière française du Second Empire. La combinaison de ces deux sources d’inspiration devient courante à Londres à la fin des années 1850. Cependant, en l’absence de toits brisés à la Mansart clairement associables à la France, le style néo-Renaissance (Italianate en anglais) sera plus couramment attribué à un tel bâtiment. Pour sa part, l’adjonction latérale de 1904, encore inspirée de la Renaissance italienne, trahit l’influence académique des beaux-arts français, par sa simplicité rigoureuse intégrant des chapiteaux ioniques élaborés.

D’un point de vue fonctionnel, l’implantation de cet édifice face au port, son traitement élaboré, son entrée monumentale et ses nombreuses fenêtres suggèrent qu’il s’agit d’un immeuble de bureaux prestigieux où l’on s’attend à recevoir des clients. L’horloge qui orne la façade sied bien au transport à vapeur qu’on y gère et qu’on y vend. Le belvédère octogonal – à l’origine entouré d’une balustrade – offre la possibilité d’observer l’arrivée et le départ des navires. Le portique latéral ajouté en 1904 offre quant à lui une devanture à caractère commercial invitante pour les clients des océaniques; un comptoir de vente a pu s’y trouver – ce que suggèrent les annuaires à compter de 1912.

haut de page
 
Partie arrière rénovée de l’immeuble.
©Denis Tremblay, 2009
 
Élévation principale (incomplète).
©Ville de Montréal, vers 1995.
 
Élévation latérale, rue Marguerite-D'Youville
©Ville de Montréal, vers 1995.
Cliquez sur le dessin pour
une version agrandie.
 
Construction initiale  
 
Date de construction :

1858-1859

Concepteur de la construction :
Propriétaire constructeur :
  • Hugh Allan
    (propriétaire du 1856-12-19 au 1882-12-09)
    Hugh Allan est personnellement propriétaire d’une part indivise de cette propriété acquise des Soeurs Grises en 1856 par William Edmonstone et lui-même. Il est l’âme dirigeante des deux entreprises qui occuperont l’édifice. À compter de 1864, après le départ d’Edmonstone, Hugh Allan et son frère Andrew possèdent chacun la moitié de la propriété. Après son décès en 1882, la succession de Hugh Allan conservera cette moitié indivise jusqu’en 1912 (entre ces dates, le bureau du secrétaire de la succession Hugh Allan est logé dans l’édifice). Après une vente entre cousins en 1912, ce seront deux fils d’Andrew Allan qui vendront finalement l’édifice au Canadien Pacifique en 1917.
  • William Edmonstone
    (propriétaire du 1856-12-19 au 1864-05-11)
    Associé de Hugh Allan dans la Edmonstone, Allan & Co., il est aussi personnellement propriétaire d’une part indivise de la propriété acquise en 1856 des Soeurs Grises. Il cèdera sa part de l'édifice en 1864 aux deux rères Allan après avoir quitté l'entreprise.
  • Andrew Allan
    (propriétaire du 1858-12-16 au 1901-06-27)
    Frère de Hugh Allan, il acquiert un tiers indivis de la propriété alors que l’édifice est en construction. Son frère et lui posséderont chacun la moitié indivise après avoir acquis la part d’Edmonstone en 1864. Il conservera cette part de la propriété jusqu’à son décès en 1901. La succession conservera cette moitié indivise jusqu’en 1912. Après une vente entre cousins cette année-là, ses fils vendront l’édifice au Canadien Pacifique en 1917.
Locataire ou autre
usager d'origine :
  • Edmonstone, Allan & Co./ Hugh & Andrew Allan Co.
    (locataire de 1859 à 1917)
    L‘édifice sert de siège social à cette compagnie de commerce en gros et de transport (issue de la Millar, Parlane & Co. des années 1830, elle porte le nom Edmonstone, Allan & Co. depuis 1839). La compagnie appartient en 1859 aux trois propriétaires constructeurs de l’édifice Allan. Lorsque William Edmonstone quitte en 1863, la compagnie prend le nom de Hugh & Andrew Allan, l’entreprise ainsi rebaptisée appartenant désormais à part égale aux deux frères. En plus de gérer ses diverses activités, la compagnie agit officiellement comme agente pour la Montreal Ocean Steamships Co. fondée par les Allan avec d’autres actionnaires. L’entreprise survit aux deux frères Allan. Malgré l’intégration de la flotte de navires avec celle du Canadien Pacifique en 1915, la H. & A. Allan semble garder pignon sur rue dans l’édifice Allan jusqu’à la vente au CP en 1917. Bien qu’appartenant aux individus propriétaires de l’entreprise, l’édifice Allan est aussi parfois considéré comme faisant partie des actifs de l’entreprise, plus particulièrement entre 1864 et 1912 alors que Hugh et Andrew Allan (et leurs successions) possèdent chacun la moitié indivise de la compagnie et de son siège social.
  • Montreal Ocean Steamships (Allan Line)
    (locataire de 1859 à 1915)
    Cette entreprise de transport océanique fondée en 1854 par Hugh et Andrew Allan (avec des attaches en Grande-Bretagne grâce à leurs frères habitant là-bas) est officiellement présente dans l’édifice dès son ouverture, alors que la Edmonstone, Allan & Co. est présentée comme son agente. L’acquisition du terrain coïncidait en 1856 avec l’obtention d’un contrat et de subsides gouvernementaux pour cette nouvelle entreprise de transport océanique faisant la liaison avec la Grande-Bretagne à partir de Montréal en été et de Portland (Maine) en hiver. L’appellation Allan Line devient courante bien avant qu’on adopte officiellement l’appellation Allan Steamships Line en 1897. La fusion avec la flotte du Canadien Pacifique sous le nom de Canadian Pacific Ocean Services a lieu en 1915 (existence officielle à compter du 1er janvier 1916) après des années de démarches.
haut de page
Fonction(s) d'origine  
 
Fonction(s) spécifique(s) :
  • administration d'entreprise
Fonction(s) générale(s) :
  • bureaux
  • transport et communication
haut de page
Autres travaux – Modifications  
 
Travaux 1 :
    Date des travaux : 1904
    Modification à la volumétrie horizontale du bâtiment.

    Agrandissement d’une aile arrière de deux étages vers la rue Marguerite-D’Youville, avec une façade élaborée donnant sur cette rue. Modification de l’escalier de l’entrée principale, selon un acte notarié de septembre 1904 suivant lequel la Ville de Montréal permet un empiétement sur la rue Saint-Pierre.
Concepteurs :
Travaux 2 :
    Date des travaux : 1983
    Modification à la volumétrie horizontale du bâtiment.
    Démolition partielle du bâtiment.
    Restauration ou recyclage du bâtiment.

    Restauration extérieure et rénovation intérieure des immeubles, incluant des éléments d’une ancienne maison à l’arrière, probablement déjà intégrée à l’édifice principal lors de travaux antérieurs, alors que d’autres logements anciens sont démolis.
Concepteurs :
  • André Marchand
    (architecte -- concepteur du projet)
  • Labelle, Marchand, Geoffroy, Bernard
    (architectes -- agence mandatée)
haut de page
Autres propriétaires ou locataires (sélectif)  
 
Propriétaires :
  • Canadian Pacific Railway Company
    (propriétaire du 1917-07-27 au 1978-12-05)
    La Canadian Pacific Railway Company (qui devient le Canadian Pacific Ltd./ Canadien Pacifique ltée) acquiert cette propriété immobilière en juillet 1917 après la réunion en 1915 de sa propre flotte de navires et de la Allan Line sous le nom de Canadian Pacific Ocean Services (existence officielle à compter du 1er janvier 1916), qui deviendra la Canadian Pacific Steamships en 1921. Les bureaux de l’entreprise maritime y seront logés jusqu’en 1941, la majeure partie des locaux étant louée par la suite à divers occupants jusqu’à la vente en 1978.
  • Société canadienne d’hypothèques et de logement
    (propriétaire du 1978-02-05 au 1984-05-28)
    Cette société fédérale possède temporairement l’ensemble de ce qui deviendra le Vieux-Port ainsi que le site de l’édifice Allan. En réalité, le ministère des Travaux publics en prend possession le 1er janvier 1981, trois ans avant d’acquérir formellement au nom de la Reine (fait mentionné dans l’acte de vente de 1984).
  • La Reine (Ministère des Travaux publics du Canada)
    (propriétaire du 1984-05-25 au 2009-11-02)
    Dans l’acte d’acquisition de mai 1984, il est écrit que l’acquéreur, soit le ministère des Travaux publics pour la Reine « sera propriétaire des immeubles à compter de ce jour, mais il en a déjà eu la possession et l’occupation depuis le 1er janvier 1981 ». Le ministère est donc responsable des travaux réalisés en 1983. Il reste propriétaire de 1984 à 2009 alors que la Société du Vieux-Port de Montréal occupe l’immeuble.
  • Société du Vieux-Port de Montréal
    (propriétaire à partir du 2009-11-02)
Locataires :
  • Canadian Pacific Ocean Services/ Steamships
    (locataire de v. 1915 à 1942)
    Informations disponibles pour l'année 1915
    Une fusion de la flotte de la Allan Line avec celle du Canadien Pacifique sous le nom de Canadian Pacific Ocean Services a lieu en 1915 (existence officielle à compter du 1er janvier 1916). En 1921, le nom de la compagnie est changé pour Canadian Pacific Steamships (CP Ships).
  • Maître du port de Montréal
    (locataire de 1954 à 1969)
    Dans les annuaires, on trouve l’inscription Port Warden’s Office au 2 rue Saint-Pierre (St.Peter). Après son départ, une clinique médicale destinée aux marins occupera les mêmes locaux pendant quelques années. Jusqu’en 1966, le Canadien Pacifique, toujours propriétaire, loge son service des douanes dans une autre partie de l’immeuble (entrée latérale).
haut de page
Protections patrimoniales du bâtiment  
 
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par le statut suivant :
  • Situé dans le site patrimonial de Montréal (Vieux-Montréal) (déclaré).
    Anciennement un arrondissement historique (1964-01-08) (juridiction provinciale)
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans la catégorie suivante :
  • Situé dans un secteur de valeur patrimoniale exceptionnelle Vieux-Montréal (juridiction municipale)
haut de page
Numéros de référence  
 
Bâtiment :

0039-57-7762-01

Propriété :

0039-57-7762
Fiche 1 de 2 sur cette propriété

haut de page
Pour plus d'informations...  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Vieux-Montréal