Vieux-Montréal : accueil Vieux-Montréal : index Vieux-Montréal : contactez-nous
  Retour au hall
FICHE D'UN BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Le bâtiment, à l'angle des rues Saint-Paul et Bonsecours.
©Denis Tremblay, 2015
 
Élévation rue Saint-Paul.
©Ville de Montréal, vers 1995.
Cliquez sur le dessin pour
une version agrandie.
 
Élévations angle et rue Bonsecours.
©Ville de Montréal, vers 1995.
Cliquez sur le dessin pour
une version agrandie.
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Maison William-Walker I

Autre appellation :
  • Hôtel Frontenac
  • Théâtre des Saltimbanques
Adresses civiques :
Construction et  
modifications majeures :

1831-1832/ 1845 / vers 1945 

Plans de localisation :
Caractères physiques :
  • Nombre d'étages : 3
    et entre-sol
  • Matériau dominant : pierre
  • Type de toit principal : plat

Pour plus d'information sur les caractères physiques du bâtiment, veuillez consulter le relevé des caractères physiques.

Pierre :

En l'absence d'une mention de confirmation, l’identification « pierre grise de Montréal [calcaire] » est présumée d’après l’apparence et l’époque d’utilisation.

Ce bâtiment fait partie
de l'ensemble suivant :

Cliquez sur le nom de l'ensemble pour obtenir la liste des bâtiments de cet ensemble.

Avertissement :

Le texte concernant l'architecture de ce bâtiment peut être consulté dans la fiche Web portant sur l'ensemble.

haut de page
Histoire du bâtiment  
 

L’avocat William Walker fait bâtir cette maison en 1831-1832. À l’été 1831, il acquiert cet emplacement vacant au coin des rues Saint-Paul et Bonsecours. Il engage à l’automne le maçon David Scobie pour construire le bâtiment fort probablement en conformité avec des plans de l’architecte John Try. En décembre 1833, Walker vend la maison à Janet Mary Katherine Bruyères, épouse du juge Michael O’Sullivan. Le couple y établit sa résidence.

L’avocat Charles-Séraphin Rodier en devient le propriétaire en 1845. L’immeuble jusque-là à vocation résidentielle sera dorénavant aussi utilisé à des fins commerciales. Pour ce faire, Rodier fait aménager des magasins au rez-de-chaussée de la maison ainsi transformée en maison-magasin. Situé à proximité du marché Bonsecours, l’immeuble est l’hôte d'aubergistes, d’épiciers, de petits commerçants. À compter de 1865 on y trouve presque exclusivement des aubergistes et restaurateurs (eating houses) qui y tiennent leur établissement et, souvent, y résident. La vocation du bâtiment demeure inchangée à la suite de sa vente à l’hôtelier Christophe Brodeur en 1875 qui acquiert également l’immeuble voisin, rue Saint-Paul, en 1888. Brodeur fait aussitôt construire à d'autres fins un nouvel immeuble distinct sur la partie arrière du lot donnant sur la rue Bonsecours, de sorte que l'accès à l'arrière de ce bâtiment-ci se fait désormais par un passage commun, rue Saint-Paul. Au même moment, ou quelques années plus tard, l'étage de comble est modifié, la partie arrière étant rehaussée et recouverte d'un toit plat. Une tourelle agrémente alors le bâtiment à l'angle des rues Saint-Paul et Bonsecours. Il est également possible que le pan oblique soit réalisé au même moment et que la toiture soit modifiée à l'avant. À la suite du décès de son propriétaire, le bâtiment, hypothéqué, est vendu en 1897 par le shérif et devient la propriété du médecin Azarie Brodeur. La vocation de l'immeuble est néanmoins maintenue; de 1905 à 1915 environ l'établissement est connu sous le nom d’hôtel Frontenac. À une date indéterminée, la colonnade du rez-de-chaussée serait modifiée alors que deux colonnes de fonte sont ajoutées.

Au milieu des années 1920, la vocation hôtelière du bâtiment fait place au commerce de détail, notamment au magasin de tissus, d’articles de mercerie et d’autres produits (dry goods) J.A. Bruce & Co Ltd. Au même moment, l’immeuble est augmenté d’un étage et est couvert d’un toit plat. Vers 1945 (entre 1940 et 1950), le bâtiment est réduit d’un étage.

Le Théâtre des Saltimbanques, créé en 1962, occupe le rez-de-chaussée et le sous-sol; il y aménage une petite salle en 1962. Il présente des pièces d'avant-garde de mars 1963 à 1967. Le rez-de-chaussée retrouve ensuite sa vocation commerciale. Le bâtiment abrite en 2015 un restaurant au rez-de-chaussée et deux logements aux étages.

Voir aussi les informations sur le ou les ensembles dont ce bâtiment fait partie.

haut de page
Architecture  
 

Voir la fiche d'ensemble.

haut de page
Construction initiale  
 
Date de construction :

1831-1832

Concepteur de la construction :
  • John Try
    (architecte)
Propriétaire constructeur :
  • William Walker (avocat)
    (propriétaire du 1831-08-25 au 1833-12-23)
Commentaire sur la construction

Marché de construction entre William Walker et le maçon David Scobie (notaire H. Griffin, 20 octobre 1831). À la suite du décès de Scobie, se sont les maçons William Paterson et William Rutherford qui doivent terminer les ouvrages pour le mois de juillet 1832 (notaire H. Griffin, 28 janvier 1832).

haut de page
Fonction(s) d'origine et type particulier  
 
Fonction(s) spécifique(s) :
  • administration d'entreprise
Fonction(s) générale(s) :
  • habitation
Type particulier de bâtiment :
  • maison-magasin
Commentaire

L'apparence et la fonctionnalité de maison-magasin proviennent de la construction d'origine ainsi que de la modification subséquente du rez-de-chaussée.

haut de page
Autres travaux – Modifications  
 
Travaux 1 :
    Date des travaux : 1845
    Transformation majeure de la façade.

    Des magasins sont aménagés au rez-de-chaussée et une devanture classique est mise en place.
Travaux 2 :
    Date des travaux : vers 1945
    (entre 1940 et 1950)
    Modification à la volumétrie verticale du bâtiment.

    L'immeuble est réduit d'un étage et il prend à cet égard son apparence actuelle.
haut de page
Autres propriétaires ou locataires (sélectif)  
 
Propriétaires :
  • Janet Mary Katherine Bruyères (épouse du juge Michael O’Sullivan)
    (propriétaire du 1833-12-23 au 1845-02-13)
    Le couple occupe la résidence.
  • Charles-Séraphin Rodier (avocat)
    (propriétaire du 1845-02-13 au 1875-03-09)
  • Christophe Brodeur (hôtelier)
    (propriétaire du 1875-03-09 au 1897-06-07)
    En février 1895, Christophe Brodeur abandonne la jouissance de ses immeubles, dont le 393-395 rue Saint-Paul Est, à Azarie Brodeur pour assurer une importante dette qu’il a contracté en sa faveur. La date du 7 juin 1897 correspond à la vente par le shérif des biens de la succession de Christophe Brodeur à la suite d’un bref d’exécution du 25 janvier de la même année opposant Azarie Brodeur, son créancier, et la veuve de Brodeur.
  • Azarie Brodeur et ses héritiers
    (propriétaire du 1897-06-17 au 1974-12-20)
    Le médecin Azarie Brodeur acquiert la propriété le 17 mai 1897. Il décède entre 1905 et 1910. La propriété reste dans la famille jusqu'en 1974.
Locataires :
  • J. A. Bruce & Co Ltd (marchand de dry goods)
    (locataire de 1925 à 1955)
    Informations disponibles pour l'année 1929
  • Le Théâtre des Saltimbanques
    (locataire de 1962 à 1968)
    La salle de spectacles est aménagée en 1962. La première pièce y est présentée en 1963 et la dernière en 1967 (la troupe se produisant ensuite ailleurs). André Brassard y fait sa première mise en scène professionnelle en 1965, Les Troyennes d'Euripide. Michel Tremblay évoquera ce théâtre et cette mise en scène de Brassard dans son roman Le Cahier noir. Le local est abandonné en 1968 et la compagnie dissoute en 1969.
haut de page
Protections patrimoniales du bâtiment  
 
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par le statut suivant :
  • Situé dans le site patrimonial de Montréal (Vieux-Montréal) (déclaré).
    Anciennement un arrondissement historique (1964-01-08) (juridiction provinciale)
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans la catégorie suivante :
  • Situé dans un secteur de valeur patrimoniale exceptionnelle Vieux-Montréal (juridiction municipale)
haut de page
Numéros de référence  
 
Bâtiment :

0040-78-3176-00

Propriété :

0040-78-3176
Fiche 1 de 1 sur cette propriété

haut de page
Pour plus d'informations...  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Vieux-Montréal