Vieux-Montréal : accueil Vieux-Montréal : index Vieux-Montréal : contactez-nous
  Retour au hall
FICHE D'UN BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 

©Denis Tremblay, 2006
 
Le bâtiment en 1859, l'année de sa construction.
©Bibliothèque nationale du Québec à Montréal. Albums de rues Édouard-Zotique Massicotte. 6-72.
 
Le magasin-entrepôt en 1894 : on remarque l'ajout d'un étage et du toit en mansarde.
©Bibliothèque nationale du Québec à Montréal. Albums de rues Édouard-Zotique Massicotte. 6-72-d.
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Magasin-entrepôt Johnston-Thompson I [1859]

Autre appellation :
  • Johnston Thompson's Block
  • Robertson Building
Adresses civiques :
Construction et  
modifications majeures :

1859/ vers 1880 / vers 1925 

Plans de localisation :
Caractères physiques :
  • Nombre d'étages : 5
  • Matériau dominant : pierre
  • Type de toit principal : plat

Pour plus d'information sur les caractères physiques du bâtiment, veuillez consulter le relevé des caractères physiques.

Pierre :

En l'absence d'une mention de confirmation, l’identification « pierre grise de Montréal [calcaire] » est présumée d’après l’apparence et l’époque d’utilisation.

haut de page
Histoire du bâtiment  
 

Vers 1853, le marchand Johnson Thompson acquiert ce terrain au coin des rues Sainte-Hélène et Le Moyne de la succession C.S. Delorme, en même temps que le lot immédiatement au nord. Sur cet emplacement se trouvait alors deux immeubles résidentiels, chacun doté d’une cour avec remise et écurie. Quelques années plus tard, ces bâtiments accueillent des marchands qui les utilisent à des fins résidentielles et commerciales. En 1859, J. Thompson les remplace par un vaste magasin-entrepôt de quatre étages, conçu par l’architecte et entrepreneur en construction Daniel McNevin. Johnston Thompson en demeure propriétaire jusqu’aux alentours de 1872.

Le premier occupant de l’immeuble est la William Stephen & Co. qui investit les lieux en 1860. Cette entreprise, à laquelle est associé George Stephen, le futur Lord Mount Stephen, jusqu’en 1867, est une très importante maison spécialisée dans la vente en gros de produits textiles importés de Grande-Bretagne et d’Europe ou fabriqués au Canada. Devenue la Robertson, Stephen & Co. en 1868, la raison sociale de l’entreprise connaîtra diverses mutations qui reflètent l’arrivée ou le départ des associés. Ses affaires florissantes entraînent une importante modification du bâtiment vers 1880, alors que le toit plat d’origine est remplacé par une imposante mansarde qui ajoute un cinquième étage. L’entreprise quitte les lieux en 1899.

De 1859 à 1908, ce magasin-entrepôt n’accueille qu’un seul occupant à la fois, provenant pour la plupart du secteur des dry goods (tissus, articles de mercerie et peut-être d’autres produits). L’arrivée d’un nouveau propriétaire, John Armour Robertson, en 1902, entraîne des changements. Ce dernier, qui donne qui donne son nom au bâtiment, est l’auteur de travaux qui font disparaître la mansarde et densifient son occupation. À partir de 1910, l’immeuble héberge un plus grand nombre d’entreprises et plusieurs manufacturiers côtoient dorénavant les grossistes. Des années 1910 à 1930, y cohabitent la vente de produits textiles et du cuir, la fabrication d’accessoires de mode (rubans, plumes d’autruche) et de chapeaux, la confection et la bonneterie. Après une brève incursion de l’imprimerie à l’époque de la Deuxième Guerre mondiale, l’immeuble est à nouveau marqué par la confection et les activités connexes. Au cours des années 1960, on assiste à une certaine diversification des occupants : un commerce d’importation de vaisselle côtoie maintenant les nombreux industriels. La fabrication recule toutefois à la fin de la décennie.

Pendant les années 1970 et 1980, le bâtiment sous-utilisé accueille un restaurant, quelques bureaux et des entrepôts. La situation semble avoir peu évolué avant le début du XXIe siècle; on assiste alors à des travaux qui permettent le recyclage du magasin-entrepôt en copropriétés commerciales.

haut de page
 
 

photographie Denis Tremblay, 1998
 
 
Construction initiale  
 
Date de construction :

1859

Concepteur de la construction :
  • Daniel McNevin
    (architecte et entrepreneur)
Propriétaire constructeur :
Locataire ou autre
usager d'origine :
Commentaire sur la construction

À la même époque, Johnston Thompson fait aussi construire un magasin-entrepôt sur l'emplacement voisin, aujourd'hui le 430 Sainte-Hélène.

haut de page
Fonction(s) d'origine et type particulier  
 
Fonction(s) spécifique(s) :
  • commerce de gros
Fonction(s) générale(s) :
  • commerce
Type particulier de bâtiment :
  • magasin-entrepôt
haut de page
Autres travaux – Modifications  
 
Travaux 1 :
    Date des travaux : vers 1880
    (entre 1859 et 1880)

    le toit plat d’origine est remplacé par une mansarde qui ajoute un cinquième étage.
Travaux 2 :
    Date des travaux : vers 1925
    (entre 1909 et 1940)
    Modification à la volumétrie verticale du bâtiment.
    Disparition d'une toiture en pente ou mansardée.

    la mansarde est remplacée par un étage en brique et un toit plat.
haut de page
Autres propriétaires ou locataires (sélectif)  
 
Propriétaires :
  • John Armour Robertson (marchand)
    (propriétaire de 1902 à v. 1940)
haut de page
Protections patrimoniales du bâtiment  
 
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par le statut suivant :
  • Situé dans le site patrimonial de Montréal (Vieux-Montréal) (déclaré).
    Anciennement un arrondissement historique (1964-01-08) (juridiction provinciale)
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans la catégorie suivante :
  • Situé dans un secteur de valeur patrimoniale exceptionnelle Vieux-Montréal (juridiction municipale)
haut de page
Numéros de référence  
 
Bâtiment :

0039-28-5487-00

Propriété :

0039-28-5487
Fiche 1 de 1 sur cette propriété

haut de page
Pour plus d'informations...  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Vieux-Montréal